Conseils naturels pour combattre les maux de l'hiver


Conseils naturels pour combattre les maux de l'hiver
Les affections des voies respiratoires, gastro-entérite, dépression saisonnière sont le résultat d'une bataille entre notre organisme, fragilisé par le froid, les virus et les bactéries de saison. Ces troubles bénins peuvent avoir des conséquences sur un organisme affaibli, carencé. La première protection est fournit par une bonne hygiène de vie et une alimentation équilibrée, et nous verrons quelques techniques de santé naturelles, véritables alliées durant l'hiver.


Sommaire

Les troubles ORL

La sédentarité, l’alimentation inadaptée et dénaturée, font que nous perdons progressivement notre capacité respiratoire et, par ce fait, les poumons cessent d’assurer leur fonction majeure d’oxygénation et de vitalisation. Ils deviennent de plus en plus des organes d’élimination afin de pallier les insuffisances hépatique, biliaire et intestinale.

Adaptez votre alimentation

L'alimentation joue un rôle important, il ne faut pas oublier que c'est la première cause d'encrassement de l'organisme. On adapte son alimentation pour tarir la source de déchets.
- Supprimez les amidons et les sucres industrielles.
- Supprimez les produits laitiers favorisant la flore pathogène de l'intestin.
- En fonction de votre énergie vitale, faites une mono-diète de pommes.
- Boire est également indispensable et le choix de l'eau est aussi important. Prenez une eau de source comme mont roucoux, montcalm ou volcania par exemple, car elles sont très peu minéralisées et permettent aux reins de bien faire leur travail.

Stimulez vos organes grâce aux plantes

L'intoxication du tube digestif est en rapport avec de nombreuses pathologies du tube digestif mais aussi des voies respiratoires, urinaires, de la peau, du système nerveux,...Stimulez vos intestins avec des plantes comme la bourdaine, la rhubarbe, la mauve, le séné, le prunier...

Fluidifiez les expectorations et favorisez les écoulements

Après avoir réglé votre hygiène alimentaire, fluidifiez à l’aide de plantes en infusion (thym, feuilles d’eucalyptus, réglisse…).
Et pensez aux fumigations: dans un bol d’eau bouillante mettez 10 gouttes d'huiles essentielles d'eucalyptus.


La gastro-entérite

La gastro-entérite est une infection du système digestif dont les symptômes se traduisent par des nausées, vomissements, crampes abdominales et diarrhées. Elle est due à une inflammation des parois de l’estomac et de l’intestin. Dans la majorité des cas, elle ne dure pas plus de 2 à 3 jours.
Dans le langage courant, on parle aussi de «grippe intestinale». L’épidémie de gastro-entérite survient en général dans la période après fête, dans le courant du mois de janvier ou février. Ce n’est pas un hasard, car la gastro-entérite est un phénomène d’élimination brutal des surcharges de l’organisme.

En prévention

En période de grippe ou d'épidémie quelconque, de gastro-entérite surtout, il est impératif de se laver les mains avant de manger et de cuisiner. Et, bien sûr, si dans votre entourage il y a une personne déjà atteinte, isolez la, ce n'est pas le moment de lui témoigner votre affection ;-)

Durant la crise

Première chose à faire, ...ne rien faire!
Le jeûne complet devrait rapidement venir à bout des symptômes dérangeants comme vomissements et diarrhées. Si vous ne vous en sentez pas capable, essayez d'éviter les crudités, les laitages, et faites une monodiète de pommes cuites.
Il est impératif d'éviter dans ces moments-là : Les laitages, les jus d'agrumes, tous les produits carnés, les sucreries, les fritures, tous les aliments riches en fibres, les crudités.
Recommencez l'alimentation par du riz blanc avec quelques légumes cuits, carottes, courges, avant de progressivement en arriver à une alimentation complète.
Prenez de l'argile buvable pour assainir le tube digestif, 1 à 2 fois par jour avant les petits repas.
Pour soulager l'inflammation des muqueuses de l'estomac et de l'intestin, buvez 3 à 4 fois par jour une infusion de menthe poivrée. Depuis toujours la menthe poivrée est utilisée pour favoriser la digestion, soulager les nausées et calmer les douleurs.

Les huiles essentielles en cas de crise

La menthe poivrée est un antiseptique général et  un puissant bactéricide pour l'intestin. Elle est anti-inflammatoire intestinale. Puissant anti douleur, antivirale, vous pouvez la prendre par voie buccale à raison d'une goutte diluée dans du miel 3 à 4 fois par jour. Pensez y mesdames en cas de règles douloureuses.
Le ravintsara est l'huile essentielle d'urgence, antivirale par excellence, anti-infectieuse, elle renforce l'immunité en stimulant les glandes surrénales. Par voie buccale 2 gouttes diluées 3 à 4 fois par jour.
Le laurier Noble est un remarquable antibactérien, puissant antivirus, anti champignons. Frictionnez-vous l'abdomen avec quelques gouttes.
Le basilic exotique est antispasmodique et anti-inflammatoire, il agit aussi contre les diarrhées infectieuses. Par voie interne, 2 gouttes diluées 3 fois par jour.
Il est tout à fait possible de coupler 2 ou 3 huiles essentielles, choisissez celles qui semblent le mieux vous convenir. Attention ne convient pas aux femmes enceintes et aux enfants.


La dépression saisonnière

© Pixabay/PDPics
Un hiver qui n'en finit pas, un ciel gris, un soleil qui se fait rare, perte d'énergie, fatigue intense, envie d'aliments sucrés, humeur tristounette, plus goût à rien...et si c'était une dépression saisonnière? La dépression saisonnière ou trouble affectif saisonnier, est une dépression liée au manque de lumière naturelle qui survient chaque année, en automne ou en hiver. En effet, à l’automne, les heures d’ensoleillement diminuent, et nous percevons une baisse de luminosité évidente. Le sang épaissit parce qu’il commence à faire plus froid, ce qui amène une baisse d’oxygène dans le système et par conséquent une baisse d’énergie.
Certains sentiront de l’irritabilité, de la tristesse et un manque d’initiative, ils auront moins d’entrain. D'autres un degré de stress plus élevé. Plusieurs sentiront le besoin de consommer plus de sucre et plus d’alcool. Les personnes atteintes de dépression saisonnière ont souvent un besoin de sommeil accru ainsi qu’une baisse de productivité au niveau du travail.

Alimentation et dépression saisonnière

On ne négligera pas l'alimentation qui doit être la plus équilibrée possible. Certains aliments affectent la chimie du cerveau, d'autres empêchent et combattent la dépression, et de ce fait améliorent l'humeur.
En matière de légumes, jetez-vous sur les betteraves, les carottes, les choux (blanc, chinois, de Bruxelles, rouge, frisé...), les courges, les endives, navets, panais, poireaux, potimarrons, potirons, radis noir et topinambour. Testez certains légumes crus vous serez agréablement surpris!
Du côté des fruits il y a une grande diversité d’agrumes qui nous est proposée en cette saison. Ces fruits sont riches en vitamine C, une vitamine qui protège notre système immunitaire (particulièrement malmené en hiver) et dont la carence a été directement mise en cause dans la survenue de la dépression. Profitez de ces agrumes et n’hésitez pas à prendre un supplément en vitamine C naturelle (comme l’acerola) si vous en ressentez le besoin.
Côté condiments et aromates, c’est le moment de privilégier l’ail, l’échalote, le laurier, l’oignon rouge et jaune.
Les oméga 3 jouent un rôle structural primordial dans les cellules nerveuses. Suite à une étude récente, les scientifiques pensent qu’un déficit en acides gras essentiels oméga 3 dans l'alimentation a un impact sur le système nerveux et sur les émotions. Une carence en oméga 3 pourrait donc expliquer certains comportements dépressifs. Ils ne sont pas fabriqués par l'organisme et doivent être apporté par l'alimentation. On les trouve dans certains poissons gras, dans les noix, l' huile de colza…Consommez en quotidiennement.

La phyto pour l'humeur

Le griffonia simplicifolia est excellent pour combattre la dépression, les insomnies, le stress. Il agit sur toute la sphère nerveuse. Ne pas associer avec des antidépresseurs. Vous devez faire un choix dans votre stratégie de santé. 
Le Millepertuis est également une plante intéressante. Son efficacité est aujourd'hui reconnue scientifiquement. D'ailleurs il est même considéré comme antidépresseur en Allemagne et délivré sur ordonnance. Mais le millepertuis est déconseillé aux diabétiques, aux femmes enceintes, et peut aussi interagir avec les antidépresseurs et autres médicaments.
Prudence avec les doses et les interactions médicamenteuses, l'idéal est de voir cela avec un professionnel.

Bougez-vous!

Au-delà de notre alimentation, une habitude me parait indispensable pour venir à bout des états dépressifs: l'exercice physique! C’est exactement l’inverse de ce que nous voulons faire, lorsqu’il fait froid et que la motivation manque. Pourtant, il ne suffit que de 10 minutes de mouvement pour activer les molécules de «la bonne humeur» dans le cerveau. Ces endorphines sont des antidépresseurs naturels et en plus, elles augmentent la tolérance à la douleur. Par bouger, je n’entends pas un grand défi sportif, n’oublions pas que nous sommes pendant la saison hivernale où notre énergie globale décroit, et que nous avons besoin de la conserver. Mais une marche, à l’heure où le soleil est le plus visible, même une toute petite marche d’une dizaine de minutes, vous fera le plus grand bien. Ça remet les choses en perspective et ça vous revigorera de l’intérieur.
Les scientifiques appellent désormais l’activité physique, la «drogue magique» pour combattre dépression et anxiété. Alors bougez pour repartir sur des logiques et des habitudes plus positives.
Share on Google Plus

ℋéℓèℕe Comlan

Naturopathe passionnée je vous propose des clés de santé simples et naturelles.
    Blogger Comment
    Facebook Comment

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire